Lolita & Co

16-06-04

Apollon

J'ai rencontré Apollon en personne! Belle auto, beau costume, beau gosse dedans. Il vient de s'installer dans la maison d'à côté, il a pris cela comme excuse pour dire qu'il ne savait pas qu'il était garé à la place d'Alexis, le rustre. Toutefois il m'a invité à sa pendaison de crémaillère. On ne refuse rien à un mec pareil. Va falloir que je l'approche. Tout en finesse. Pas l'effaroucher, le petit. C'est dit, celui là, je me le tape!

Ce soir, Jessica, qui joue à la conne et qui y arrive plutôt bien, s'est mise à tourner autour du nouveau et s'est arrangée pour le frôler au moins trois fois pendant la fête. La salope! Je sens que nos concours ne sont pas près de se terminer. Il faut que je démarre mais je suis un peu bloquée. J'aimerais faire plus malin que le genre pétasse à l'œil langoureux mais elle a maintenant une longueur d'avance. A ce propos, cette expression me gave! C'est quoi "une longueur d'avance"? Un truc où on se met à plat ventre et où l'autre est juste au niveau des cheveux tandis que je stagne au niveau des pieds? La longueur d'avance est-elle une unité aléatoire fabriquée pour emmerder celle qui, à deux doigts de réussir, se viande comme une malpropre et passe pour une conne d'avoir échouée si près du but, ou bien la nouvelle unité de mesure de la poitrine? La "longueur d'avance" est une expression certainement inventée par Sulitzer!
Elle se la joue vamp et ça m'agace. Qu'est ce que cette blondinette à la noix croit pouvoir obtenir? Elle est vachement pas mieux que moi! De toutes manières, elle n'a pas réussi à lui faire tourner le regard.
J'ai laissé traîner une oreille du côté d'une discussion qu'il avait engagé avec trois autres types. Ca causait du championnat de foot. J'ai senti mes poils se hérisser et un frisson d'effroi me parcourir. Un intello! Manquait plus que ça! Comment peut-on avoir une belle gueule intelligente et se passionner pour vingt deux mômes qui courent après une baballe? Je me suis dit que je n'allais pas en faire tout un plat, alors j'ai relativisé... J'embrasserais bien n'importe qui…
N'empêche que ça promet. S'il me parle sport, je suis sûr de ne jamais pouvoir y arriver! Faut absolument que je mène la danse. Bon, pour l'instant, faudrait déjà trouver un plan pour le revoir, seul à seule... Jessica lui a lancé un signe de la main en partant. Je sens que notre jeune amitié s'éteint déjà.

Je suis revenue à la maison et je me suis allongée, prête à mourir dans l'instant d'une blessure cardiaque irréparable. Au bout de cinq minutes, je me faisais suer grave alors, j'ai attrapé "Les Météores" de M.Tournier.

Posté par Melodie à 18:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]